24 HEURES - Le vendredi 14 juin 2019

Un métro encore difficile d’accès pour les personnes à mobilité réduite

15/12/2010 17h26 

Linda Gauthier, présidente de la RAPLIQ estime que la Ville de Montréal pourrait en faire plus pour faciliter l'accès aux stations de métro pour les personnes en situation de handicap.
photo: Sébastien St-Jean
Les personnes à mobilité réduite déplorent le fait que, selon leurs prévisions, le métro de Montréal ne leur sera complètement accessible, par l’installation d’un ascenseur, que d’ici 2085.

Le plan triennal d’immobilisation 2011-2013, qui a été adopté mardi au Conseil de ville, prévoit en effet rendre accessible une station de métro d’ici trois ans, soit la station Champ-de-Mars, sur la ligne orange, à proximité du futur emplacement du Centre hospitalier universitaire de Montréal (CHUM), attendu d’ici 2017.

D’après les calculs de la RAPLIQ, au rythme de quatre nouvelles stations par tranche de cinq ans, la totalité des stations de métro de Montréal ne serait pas accessible avant 2085.

Pour Linda Gauthier, présidente du RAPLIQ, la Ville de Montréal ne respecte pas ses engagements.

« Nous payons les mêmes taxes, nous avons les mêmes droits. Depuis sa construction dans les années soixante, le métro ne compte que six stations accessibles, alors qu’on nous promettait l’accessibilité à au moins une station de métro chaque année », déplore Mme Gauthier.

A la ville de Montréal, on dit comprendre les revendications de la RAPLIQ, mais que le budget ne permet pas de le rendre entièrement accessible dans l’immédiat.

« On ne peut pas nous demander de réparer les erreurs du passé, mais laissez-nous essayer de vous aider dans la mesure du possible. Disposons-nous d’un milliard $ pour rendre le métro entièrement accessible ? Non. Allons-nous faire le maximum d’efforts ? Oui. », a indiqué pour sa part le maire Tremblay.

500 millions $ investis

Rappelons que la Ville de Montréal a également autorisé l'emprunt de 500 millions $ pour financer d'importants travaux d'infrastructure dans le métro, d’ici la fin de 2016.

Ces investissements font partie de la troisième grande étape du programme « Réno-Systèmes », amorcé en 2001, pour lequel la STM a déjà consenti 963 millions $ dans les deux premières phases.

L’enveloppe budgétaire permettra entre autres à la (STM) d'installer des ascenseurs dans quatre nouvelles stations, dont Vendôme, avant la fin 2016.

Il en coûte en moyenne 15 millions $ par station, pour l'installation des ascenseurs.

 
 

Incontournables