24 HEURES - Le jeudi 19 octobre 2017

Toitures vertes

Le vert est à la mode sur le Plateau

21/09/2010 18h11 

La Caisse Desjardins a mis sur pied le programme DesJardins chez toiT, pour rembourser à ses membres 25% des coûts d’installation d’un projet vert, jusqu’à concurrence de 3000 $.
Photo: Sébastien St-Jean
Le plateau Mont-Royal serait en voie de devenir le champion des toits verts à Montréal. Déjà adoptés par plusieurs institutions, ces ilots de nature en pleine ville apparaissent de plus en plus sur les immeubles résidentiels. Le plus récent a poussé au sommet de la Caisse populaire Desjardins du Mont-Royal.

L’institution bancaire compte travailler avec la Société de développement de l’avenue du Mont-Royal (SDAMR), qui représente les commerçants, pour créer « la première avenue verte à Montréal ».

« On caresse le potentiel de développer davantage de toits verts. L’avenue Mont-Royal est idéale, parce que plusieurs des commerçants sont propriétaires des immeubles, et la plupart des toits sont plats », explique à 24H Karine Bernard, Conseillère en communication de la Caisse populaire Desjardins du Mont-Royal.

La Caisse a mis sur pied le programme DesJardins chez toiT, pour rembourser à ses membres 25% des coûts d’installation d’un projet vert, jusqu’à concurrence de 3000 $.

« L’aide financière ne s’applique pas seulement aux toits. Elle s’applique aussi aux balcons, aux terrasses de béton, aux rambardes et aux cours de ciment », précise la porte-parole.

Sur le « toit-jardin » de la Caisse populaire, les légumes qui poussent depuis juin seront remis à des organismes communautaires du Plateau, comme des cuisines collectives.

Plus cher

À Montréal, il n’existe aucune étude pour évaluer le nombre de toitures vertes.

« Il n’y a pas d’inventaire à l’échelle montréalaise. C’est surtout difficile d’évaluer leur nombre dans le secteur privé, les résidences », explique Patrice Godin, chargé de projet au Centre d’écologie urbaine de Montréal, qui croit que le phénomène a commencé à se répandre dans la métropole au cours des années 90.

Les arrondissements ne tiennent pas de statistiques non plus.

« Nulle part dans notre réglementation il y a quelque chose sur l’installation des toits verts », précise Michel Tanguay, porte-parole de l’arrondissement Plateau-Mont-Royal.

Il en coûte entre 10 et 20$ le pied carré pour installer un revêtement végétal, en plus du coût du toit comme tel. Un tel ajout « prolonge jusqu’à quatre fois la durée de vie d’un toit », précise Patrice Godin, qui vante en outre une efficacité énergétique accrue et une meilleure gestion des eaux de pluie.

L’expert croit que la ville de Montréal aurait avantage à donner des incitatifs financiers à la construction de toits verts, à l’instar de Toronto, Chicago et Portland.

jeanlouis.fortin@24-heures.ca

Galerie photos

 
 

Incontournables