24 HEURES - Le vendredi 14 juin 2019

Lapointe n’a pas été isolé

04/02/2010 13h33 

Photo: archives 24H
Après avoir ouvert le feu sur Fredy Villanueva, en août 2008, le policier Jean-Loup Lapointe est demeuré en présence de sa coéquipière Stéphanie Pilotte pendant plus de cinq heures, ce qui contrevient à la politique ministérielle.

C’est ce qui a été relaté, jeudi, à l’enquête publique par le policier Lapointe qui témoigne pour une troisième journée consécutive à l’enquête du coroner André Perreault qui tente de faire la lumière sur les circonstances de la mort du jeune homme de 18 ans, abattu par des tirs policiers.

L’agent de la SPVM a confirmé ce que sa partenaire avait déjà mentionné en début de semaine à l’effet que les deux agents n’avaient pas été isolés.

Pendant que le jeune Villanueva se battait pour sa vie, les deux policiers se sont retrouvés dans la même auto-patrouille, vers 20h. Ils seront ensuite transportés ensemble au poste de quartier. Ils attendront l’arrivée de l’ambulance qu’ils prendront ensemble.

Pendant qu’il était dans l’ambulance, Jean-Loup Lapointe aurait raconté à l’ambulancier qu’il craignait d’être muté à la suite de cette histoire.

Rendus à l’hôpital, ils seront placés dans la même salle de triage et ils rencontreront ensemble le même médecin.

Malgré ses nombreuses heures passées ensemble, le policier Lapointe a affirmé ne jamais avoir parlé des événements avec sa collègue de travail.

Vers minuit, l’agent donnera brièvement sa première version des faits à un représentant syndical. Encore là Stéphanie Pilotte était présente.

Plus de détails à venir …

stephane.tremblay@24-heures.ca

 
 

Incontournables