24 HEURES - Le mardi 17 octobre 2017

Gouvernement de coalition: tout un défi à relever

01/12/2008 15h57 

Stéphane Dion pourrait prendre la direction d'un éventuel gouvernement de coalition.
Photo: Archives 24 heures
La mise en place d’un éventuel gouvernement de coalition à Ottawa semble plus facile à dire qu’à faire.

Les spécialistes contactés par 24 heures s’accordent tous sur le fait que la cohabitation entre des partis d’opposition représente tout un défi à relever.

«Le défi, c’est la cohabitation. Les partis devront faire de grosses concessions pour essayer d’avoir un gouvernement qui va rester pendant deux ans et demi parce qu’il y a de gros sujets sur lesquels le NPD et le Parti libéral ont des positions diamétralement opposées», indique Stéphane Beaulac, professeur à la faculté de droit de l’Université de Montréal.

Une situation qui pourrait avoir du bon pour les électeurs canadiens si l’on se fie à Louis Massicotte. Le professeur de science politique à l’Université Laval avance qu’un gouvernement de coalition implique davantage de discussions, une façon de faire qui pourrait profiter aux électeurs canadiens.

«Avec ce type de gouvernement, c’est souvent plus long pour en arriver à une décision. Mais, elles est souvent plus réfléchie.»

Toutefois, il est encore bien loin de la coupe aux lèvres pour les partis d’opposition à Ottawa. Et même si un tel gouvernement est mis en place, sa viabilité est remise en question par plusieurs.

C’est le cas de François Chevrette, professeur à la faculté de droit de l’Université de Montréal, qui croit que l’entente entre le PLC et le NPD sera caduque d’ici la fin de la semaine. L’avenir des conservateurs

Pour Stéphane Beaulac, les jours de Stephan Harper à la barre du Parti conservateur sont comptés advenant un gouvernement de coalition.

«Les conservateurs vont se manger entre eux. Ils vont perdre le pouvoir et vont certainement croquer Stephan Harper parce que cela passera comme l’une des plus grandes gaffes stratégiques de l’histoire», croit-il.

L’entente survenue lundi entre le PLC et le NPD prévoit la création d’un gouvernement de coalition pour une période de deux ans et demi. Le chef du PLC, Stéphane Dion, en assurerait la direction.

 
 

Incontournables